Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum

Le forum des Indignés Strasbourg
Groupes de travail des Indignés (Strasbourg)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés?
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum -> Discussions diverses -> Politique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dartagnan


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2011
Messages: 10

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 20:18 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

Parce qu'il n'est pas possible de faire l'impasse sur cette notion, et qu'accessoirement j'ai pu froisser à mon corps défendant, certaines sensibilités, voici un éclairage sur ce qu'est le patriotisme.

A quoi est-ce je me réfère exactement quand j'ai pu parler de patriotisme? Essentiellement à trois auteurs majeurs du XIXe et du XXe siècle, qui furent tout à la fois des écrivains, critique et lucide quant à la réalité du monde, des observateurs privilégiés des défis de la politique, des militants et acteurs de ce monde-ci, et surtout, des pacifistes.


L'honneur revient aux femmes (na: oui, il paraît que l'auteur de ce post est sexiste, du moins si on l'oublie gageons qu'il y aura toujours un erwann pour nous le rappeler): présentons donc Simone Weil.
Elle a écrit l'un des textes politiques les plus important du XXe siècle, mais paradoxalement très peu connu: l'enracinement, sous-titré prélude à une déclaration des devoirs à l'être humain. Beau programme qui pourrait inspirer les indignés, que voici:
http://classiques.uqac.ca/classiques/weil_simone/enracinement/enracinement.html


Deuxième auteur, et il fera plaisir aux quelques néo-anarchistes qui me suivent (et qui se reconnaîtront facilement): Michel Bakounine. Il a écrit un court texte: le patriotisme physiologique ou naturel (si si les anars, frottez-vous les yeux). Que l'on peut trouver ici:
http://classiques.uqac.ca/classiques/Bakounine/Bakounine.html
na: si des antifa anars pouvaient essayer de faire d'un de leurs maîtres un dangereux nationaliste, cela serait peut-être amusant pour tout le monde.


Enfin et non des moindres, il y a Jean Jaurès, orateur du parti socialiste et âpre défenseur de la paix, avant le déclenchement de la Première guerre mondiale. Du parti socialiste donc, pas de la gauche (!). Le lien entre gauche - qui était un rassemblement de libéraux, de radicaux et de républicains - et les socialistes ne sera pleinement effectif qu'après l'affaire Dreyfus. Jaurès dont des textes faisant l'éloge dune patrie pacifique sont disponibles ici:
http://classiques.uqac.ca/classiques/jaures_jean/jaures_jean.html


Avec ces références, directement dans le texte (c'est à dire sans copié/collé d'une exégèse d'un quelconque site fumeux), écrit par des personnalités pas vraiment marqué à droite - quoique prudence ne sait-on jamais, n'oublions pas que nos amis veillent qu'il n'y ait pas conspirationisme et autre confusionnisme tapi dans l'ombre de nos pensées - je peux affirmer, j'affirme, peut-être même avec fierté, que la patrie est loin d'être une notion périmée, encore moins violente et guerrière, qu'elle est un bien naturel (cf. Bakounine) et que l'on peut se dire fier d'être issus d'une culture, d'un enracinement (cf. Simone Weil) propre à ce pays qu'est la France.

Le débat peut être lancé.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 23 Nov - 20:18 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
SenobItna


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2011
Messages: 52

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 22:42 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

Tu n'as manifestement rien compris au texte de Bakounine (à moins que tu ne sois malhonnête - tu sais pour quelle thèse je penche), puisque s'en réclamer pour se dire "fier d'être issu d'une culture propre à la France", c'est ne pas comprendre (ou ne pas vouloir comprendre) la définition donnée, dans le texte que tu cites, du "patriotisme naturel", qui n'existe qu'à une échelle "très restreint[e] : une tribu, une commune, un village" (et jamais il ne parle de patrie pour dire qu'elle est un bien naturel, au contraire, pour Bakounine, là où il y avait un "patriotisme naturel", alors "il n'y avait donc pas de patrie dans le sens politique de ce mot", c'est la seule occurence du terme...), et qui est un tissu habituel de solidarité instinctive et animale (incompatible, donc, avec la civilisation et avec une extension), inexistant par essence à l'échelle d'une nation, qui, au contraire, a eu besoin, pour s'étendre, de détruire ce sentiment. C'est bien pour ça que Bakounine remarque, dans ce même texte, que la question sociale passe par "l'abolition des frontières des États" et "tend nécessairement à détruire cette habitude traditionnelle [le patriotisme, donc] dans la conscience des travailleurs de tous les pays".

De là, je n'ai lu ni Weil ni Jaurès, mais au vu de la manière dont tu tords les textes pour les interpréter, je pense qu'ils n'ont pas grand'chose à voir avec ce que toi tu entends par "patriotisme".


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Yram


Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 72
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 23:42 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

Bien, je lirais avec attention les textes que tu proposes pour définir la notion de patriotisme que tu défend (tu n'es d'ailleurs pas obligé de te donner du mal à trouver des auteurs dits de gauche, si des auteurs dits de droite expose très bien l'idée). Par contre, j'aimerais que tu abordes la deuxième partie de ma question: en quoi le patriotisme pourrait aider d'une quelconque façon à résoudre la (les) crise(s) actuelle(s) ?
En quoi, par exemple, le patriotisme pourrait aider à résoudre les problèmes envirronementaux et revenir sur le choix du nucléaire par exemple ?


Revenir en haut
Skype
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Mar 6 Déc - 01:17 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

Je n'ai lu aucun des auteurs cités.. mais trouve le débat intéressant  Twisted Evil
Je vais me baser sur l'opposition de SenobItna (que je ne connais pas) face au propos sur Bakounine de dartagnan (vois pas non plus qui c'est) sur le texte http://kropot.free.fr/Bakounine-patriotisme.htm


 
Citation:
Tu n'as manifestement rien compris au texte de Bakounine (...), puisque s'en réclamer pour se dire "fier d'être issu d'une culture propre à la France", c'est ne pas comprendre (ou ne pas vouloir comprendre) la définition donnée
tu te trompes SenobItna;
il dit:


 
Citation:
qu'elle est un bien naturel (cf. Bakounine) et que l'on peut se dire fier d'être issus d'une culture, d'un enracinement (cf. Simone Weil) propre à ce pays qu'est la France.
Voila ma lecture; Dartagnan n'associe pas les termes que tu dis à Bakounine. C'est Simone qui dit ça.






Le texte:
Citation:


On pourrait définir le patriotisme naturel ainsi : c'est un attachement instinctif, machinal et complètement dénué de critique pour des habitudes d'existence collectivement prises et héréditaires ou traditionnelles, et une hostilité tout aussi instinctive et machinale contre toute autre manière de vivre

sans commentaire ? si ?

Citation:


Ce n'est point une solidarité assez puissante pour qu'au besoin, les individus membres d'une collectivité animale ne s'entre-dévorent pas mutuellement ; mais elle est assez forte pourtant pour que tous ces individus, oubliant leurs discordes civiles, s'unissent contre chaque intrus qui leur arriverait d'une collectivité étrangère.

on bute l'étranger collectivement, mais en cas de coup dur on se tire dans le dos ... c'est une définition du patriotisme qui ne donne pas envie de l'être . .. (patriote..). Si ?

C'est ma lecture (en diagonale, j'avoue) du texte de bakounine: Il n'est pas favorable au terme de "patriotisme"

Mais a t-on besoin de lire un auteur et ses définitions de la vie pour se faire sa propre idée d'une idée, ou de la vie ? Rolling Eyes

Comment voulez-vous que l'on soit "patriote" d'une nation colonialiste, xénophobe, (fasciste, même, au regard de certains de ses leaders et de son évolution historique) qui bafoue sans scrupule sa belle devise ? Je conçois que ces termes soient discutables, mais l'idée de fond n'en ressort pas moindre à priori. Je reste bien sûr ouvert à tout argument !


 
Citation:

en quoi le patriotisme pourrait aider d'une quelconque façon à résoudre la (les) crise(s) actuelle(s) ?
En quoi, par exemple, le patriotisme pourrait aider à résoudre les problèmes envirronementaux et revenir sur le choix du nucléaire par exemple ?

peut-être dans le contexte de l'idée de la sortie de l'europe ?: "sortir" de l'europe est pour certains synonyme de "re-fermeture" des frontières et retour au "franc".
La question des valeurs de "nationalisme" prennent (ici) leur sens, comme celle de "patriotisme", dans ce contexte. En gros, le débat philosophique soulevé, au vu du climat qui peut régner, est: "sommes-nous de dangereux "extrême droitistes nationalo fachos" si nous ne voyions que ça comme solution".

Dartagnan doit aussi faire référence à certains groupes politiques dissidents qui prônent la sortie de l'europe ? (Je me trompe peut-être mais 3 semaines après le post, sans réponse, je me permets d'extrapoler), Les "problèmes" de l'europe ne disparaitront pas en revenant au franc et en refermant les frontières. Le problème c'est -les banquiers privés qui nous tiennent, c'est -ceux qui attisent les tensions religieuses de toutes confessions, c'est -le capitalisme mondialisé, c'est -l'oligarchie politique travestie en "démocratie"

La solution ne pourra pas viablement pairainiser dans une enclave géographique donnée (une nation/patrie). Le capitalisme financier mondial est globalisé, même si les principaux "banksters" ne sont pas légion. Les familles royales, ou (bon je force le trait là) l'aristiocratie européenne, monopolisent toute la politique. C'est tout un monde de servitude qui doit disparaitre. Quand sarkozy parlait de moraliser le capitalisme, qui ici ne s'est pas étranglé ?

Pourtant, dans un shéma objectif de déconstruction de cet appareil de mort, la "sortie de l'europe" (et la fin de l'égémonie atlantiste) devrait bien donner lieu à une période de transition avant un ... "autre monde meilleur" ? (me risquerais-je à dire un "nouvel ordre du monde" ?) que nous voudrions, je l'éspère, plutôt internationaliste (sans renier les différences ou cultures !) et libre... à nous de déterminer la forme acceptable de société, en terme d'entité de groupe, (par exemple la commune) qui formerait idéalement la base d'un monde de demain ?


Chacun, s'il est pour ou contre ces valeurs de "nationalisme" ou de "patriotisme", devrait défendre son beeftek Mr. Green (bien sûr, personne n'est "sommé" de le faire Wink )



Citation:

les animaux à domicile collectif et fixe, représentant, toujours au point de vue naturel, la patriotisme des peuples agriculteurs

tiens .. une faute ?
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gadjo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2011
Messages: 22

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 17:58 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

Ced a écrit:

Je n'ai lu aucun des auteurs cités.. mais trouve le débat intéressant  Twisted Evil
Je vais me baser sur l'opposition de SenobItna (que je ne connais pas) face au propos sur Bakounine de dartagnan (vois pas non plus qui c'est) sur le texte http://kropot.free.fr/Bakounine-patriotisme.htm

 
Citation:

Tu n'as manifestement rien compris au texte de Bakounine (...), puisque s'en réclamer pour se dire "fier d'être issu d'une culture propre à la France", c'est ne pas comprendre (ou ne pas vouloir comprendre) la définition donnée

tu te trompes SenobItna;
il dit:
Citation:

qu'elle est un bien naturel (cf. Bakounine) et que l'on peut se dire fier d'être issus d'une culture, d'un enracinement (cf. Simone Weil) propre à ce pays qu'est la France.

Voila ma lecture; Dartagnan n'associe pas les termes que tu dis à Bakounine. C'est Simone qui dit ça.

Le texte:
Citation:



On pourrait définir le patriotisme naturel ainsi : c'est un attachement instinctif, machinal et complètement dénué de critique pour des habitudes d'existence collectivement prises et héréditaires ou traditionnelles, et une hostilité tout aussi instinctive et machinale contre toute autre manière de vivre


sans commentaire ? si ?



Ced, ta lecture me semble beaucoup trop rapide.

Dartagnan tord effectivement le texte de Bakounine pour faire croire qu'il soutiendrait l'idée du patriotisme. Dartagnan sous-entend clairement que le patriotisme serait une valeur positive, et que Bakounine l'aurait soutenue, puisqu'il dit se baser notamment sur Bakounine pour penser le patriotisme ("A quoi est-ce je me réfère exactement quand j'ai pu parler de patriotisme? Essentiellement à trois auteurs majeurs[...]"). Or sa vision laudative du patriotisme ne peut en aucun se fonder légitimement sur le texte de Bakounine.
Ramiro précise également comment Dartagnan fait l'amalgame entre patrie et patriotisme.

---------

Plus loin, tu demandes :
"Mais a t-on besoin de lire un auteur et ses définitions de la vie pour se faire sa propre idée d'une idée, ou de la vie ? Rolling Eyes "

- La réponse est : oui. Smile

Si tu en doutes -raisonnons par l'absurde- : imagine quelqu'un qui ait été élevé de façon à être totalement vierge de toute pensée extérieure. Il n'aurait jamais parlé à personne (parce que tout individu s'est développé en côtoyant d'autres personnes, et leurs idées, et les idées que ceux-ci ont reçu d'autres, ou construit avec d'autres...). Il n'aurait jamais parlé tout court, d'ailleurs (il n'aurait pas pu apprendre). Et de toute manière, il serait probablement mort rapidement.

Bref, il est impossible de penser hors de la pensée de ceux qui ont pensé avant nous. Nous sommes de toute façon façonné par ces idées passées.
De surcroît, c'est probablement idiot. Parce que les gens intelligents qui ont pensé de façon sage et pertinente sont légions.  Il faudrait beaucoup de naïveté pour rejeter toute cette intelligence collective construite par la société et prétendre faire mieux avec "sa petite cervelle bien à soi" (que tu crois !).

Et puis, il ne faut pas confondre indépendance d'esprit et fanatisme solipsiste...

Gadjo


Revenir en haut
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 18:04 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

 
Citation:

fanatisme solipsiste...

Fichtre ! vite, un dico  Mr. Green


Dis Gadgo, tu sembles (aussi ??) te "contenter" de me répondre nominément ? (c'est bien, j'en suis honnoré Wink )
Mais qu'en est-il du sujet de cette page ? (Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? ) C'est aussi là dessus que j'aimerais te lire Okay
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 18:11 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

 
Citation:
 
Citation:
"Mais a t-on besoin de lire un auteur et ses définitions de la vie pour se faire sa propre idée d'une idée, ou de la vie ? Rolling Eyes "

- La réponse est : oui.
Je pensais plutôt: "A t-on besoin de lire bakounine et ses définitions/explications pour se faire sa propre idée du point abordé" (ici, le patriotisme)

Ma réponse est Non .. Cool

Je pensais surtout: "peut-on penser comme Bakounine (par exemple) sans l'avoir lu ?"
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gadjo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2011
Messages: 22

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 18:27 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

Ced a écrit:

 
Citation:


fanatisme solipsiste...


Fichtre ! vite, un dico  Mr. Green


Dis Gadgo, tu sembles (aussi ??) te "contenter" de me répondre nominément ? (c'est bien, j'en suis honnoré Wink )
Mais qu'en est-il du sujet de cette page ? (Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? ) C'est aussi là dessus que j'aimerais te lire Okay

Ce sujet (ainsi présenté, en tout cas) ne m'intéresse absolument pas.

Mais puisque tu m'invites à m'exprimer, je dirais qu'à mon avis :
- Le patriotisme est une ânerie rétrograde (J'aime les gens, pas les nations, et d'ailleurs je ne sais pas ce que c'est).
- Le nationalisme participe à faire diversion du problème plus crucial de la conflictualité de classes (Nos ennemis sont les banksters de tous les pays, pas les Grecs ou les Algériens).

Rien de plus à dire. Sauf que la présence de ce fil me semble bien curieuse et que je ne comprends pas bien la volonté de vouloir passer du temps sur ce thème alors que tellement de problèmes plus en accord avec nos valeurs (les miennes en tout cas) nous attendent.

Gadjo


(fanatisme solipsiste : oui, j'aurais peut-être pu le dire plus simplement, mais je trouvais que ça plus poétique comme ça!).


Revenir en haut
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 10:11 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

 
Citation:

- Le patriotisme est une ânerie rétrograde (J'aime les gens, pas les nations, et d'ailleurs je ne sais pas ce que c'est).
- Le nationalisme participe à faire diversion du problème plus crucial de la conflictualité de classes (Nos ennemis sont les banksters de tous les pays, pas les Grecs ou les Algériens).

Rien de plus à dire. Sauf que la présence de ce fil me semble bien curieuse


Et bien voilà Smile c'est cool pas "besoin" de plus !?


Moi la présence de ce fil ne me semble pas curieuse:
1. on demande si le "patriotisme" est une valeur -ou non- des Indignés ( Arrow ce sujet eut été ouvert ds la commission "idéologie", aurait-il été plus légitime"  Question Arrow Si la réponse est "non", quelle utilité d'ouvrir une telle commission  Question )
2. Le débat démocratique n'autorise t-il pas tout type de questions ? on ne demande pas ici si nous sommes pour le génocide des cons, ou si (....) .. C'est une question simple, sur un concept qui, selon moi, reste flou pour beaucoup.

1+2 = Qui est apte à décider de la légitimité de tel ou tel sujet  Question



Je remarque qu'il y a régulièrement des sujets qui sont ponctués de "je ne comprends pas bien la volonté de vouloir passer du temps sur ce thème" ou encore "qu'est-ce que ce sujet vient foutre chez les Indignés". Je vais être rapide et clair là dessus: si nous ne pouvons débattre sereinement de tout, ma place n'est PAS ici, je me suis trompé d'adresse !

Surprised


 
Citation:
(fanatisme solipsiste : oui, j'aurais peut-être pu le dire plus simplement, mais je trouvais que ça plus poétique comme ça!).
ça ne me dérange pas ... j'aime apprendre Wink
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Manolìn


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juin 2011
Messages: 82

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 12:07 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

hihihi..
je suis pour le patriotisme terrien Smile


Revenir en haut
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Ven 9 Déc - 11:26 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

oui mon frère  Okay
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
virginie desbois
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2011
Messages: 66

MessagePosté le: Ven 9 Déc - 14:05 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

ouiiiii Manu !!!!!!! 
Nous sommes avant tout des êtres humains.
Okay  tous citoyens du monde. 


Revenir en haut
Yram


Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 72
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Ven 9 Déc - 14:58 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

P**** va encore falloir un drapeau ou un étendard pour les citoyens du monde et pour la Terre.
D'ici à ce qu'on en ait besoin d'un pour le système solaire ...
je sais, je sais Arrow


Revenir en haut
Skype
ramiro


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2011
Messages: 102

MessagePosté le: Jeu 15 Déc - 11:56 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

un texte de Mark Twain sur le sujet


En ce qui concerne le patriotisme
Par Agone le vendredi 2 décembre 2011, 15:54 - Inactualités - Lien permanent

Au début du XXe siècle, l’écrivain Mark Twain, gloire littéraire américaine, utilise sa position pour critiquer l’entrée de son pays dans la Grande Famille des Nations, qui a marchandé sa « place au dernier rang de l’auguste compagnie » à grands coups de politique expansionniste.
On reconnaît, dans ce pays, que si un homme peut organiser sa religion de telle sorte qu’elle satisfasse parfaitement sa conscience, il ne lui incombe pas de se demander si cette organisation est ou non satisfaisante pour tout autre personne. Le patriotisme n’est qu’une religion – l’amour du pays, la vénération du pays, la dévotion envers le drapeau, l’honneur et le bien-être du pays.
Dans les monarchies absolues, il est fourni par le trône, en un bloc, au sujet ; en Angleterre et en Amérique, il est fourni, en un bloc, au citoyen par l’homme politique et le journal. Le patriote fabriqué par le journal-et-homme-politique s’étouffe souvent en privé en avalant ce médicament ; mais il l’avale, et le garde dans l’estomac autant que faire se peut. Bienheureux sont les débonnaires.
Parfois, au début d’un bouleversement politique dément et mesquin, il ressent une forte envie de se révolter, mais il ne le fait pas – il n’est pas fou. Il sait que son créateur le saurait – le créateur de son patriotisme, le sous-rédacteur à six dollars pompeux et incohérent du journal de son village –, se mettrait à braire en noir sur blanc et le qualifierait de traître. Et cela serait vraiment horrible. Il marcherait la queue entre les jambes en frissonnant. Nous savons tous – le lecteur le sait très bien – que c’est exactement ce qu’ont fait neuf dixièmes de toutes les queues humaines en Angleterre et en Amérique il y a deux ou trois ans [1]. Ce qui veut dire que neuf dixièmes des patriotes en Angleterre et en Amérique se sont transformés en traîtres pour ne pas être qualifiés de traîtres. N’est-ce pas vrai ? Vous savez bien que c’est vrai. N’est-ce pas étrange ?
Ce n’était pourtant pas une chose dont il fallait sérieusement avoir honte. Il est rare – très, très rare – qu’un homme lutte contre ce pour quoi on l’a éduqué et gagne : c’est pratiquement perdu d’avance. Pendant de nombreuses années – peut-être depuis toujours – l’éducation donnée par les deux nations était absolument opposée à une indépendance de la pensée politique, et en permanence peu accueillante envers un patriotisme fabriqué dans la maison même de cet homme. Un patriotisme mûrement réfléchi dans le cerveau même de cet homme, testé au feu, vérifié et mis à l’épreuve dans sa propre conscience. Le patriotisme qui en résultait était un produit défraîchi obtenu de seconde main. Le patriote ne savait pas exactement comment ou quand ou bien d’où venaient ses opinions, et ne s’en inquiétait pas, aussi longtemps qu’il se trouvait dans ce qui paraissait être la majorité – ce qui était le plus important, le plus sécurisant, le plus confortable. Le lecteur croit-il connaître trois hommes qui ont de véritables raisons pour leur forme de patriotisme – et sont capables de les donner. Mieux vaut qu’il n’essaye pas trop, il risque de s’en trouver déçu. Il est fort probable qu’il se rendra compte que ces hommes ont trouvé leur patriotisme dans l’auge publique, et qu’ils n’avaient eux-mêmes en rien participé à sa fabrication.
L’éducation produit des miracles. Elle a incité les gens de ce pays à s’opposer à la guerre du Mexique ; puis elle les a incités à se ranger dans ce qu’ils supposaient être l’opinion de la majorité – le patriotisme de majorité est le patriotisme le plus courant – pour partir se battre là-bas. Avant la guerre de Sécession, elle a rendu le Nord indifférent à l’esclavage et amical envers la cause des esclavagistes ; de ce fait, le Massachusetts s’est montré hostile au drapeau américain, et cet État interdisait qu’on le hisse sur le siège de son gouvernement – selon l’État, il s’agissait du drapeau d’une faction. Ensuite, au bout de quelque temps, l’éducation a poussé le Massachusetts dans l’autre direction, et l’État s’est précipité dans le Sud pour se battre sous ce même drapeau et contre cette même cause qu’il soutenait auparavant.
L’éducation nous a rendus noblement anxieux de libérer Cuba ; l’éducation nous a incités à lui faire une noble promesse ; l’éducation nous a permis de reprendre notre promesse. Une longue éducation nous incitait à nous révolter contre l’idée d’arracher sans raison les terres et les libertés de tous les pays faibles, une éducation brève nous a rendus contents de le faire et fiers de l’avoir fait. L’éducation nous a fait détester les cruels camps de concentration de Weyler [2], l’éducation nous a fait comprendre que nous devions les préférer à tout autre technique afin de gagner l’amour de nos « pupilles ».
Il n’y a rien que l’éducation ne puisse accomplir. Rien n’est trop haut ou trop bas pour elle. Elle peut transformer une mauvaise morale en bonne morale, une bonne morale en mauvaise ; elle peut détruire les principes, elle peut les re-créer ; elle peut ravaler les anges au niveau des hommes et soulever les hommes jusqu’à hauteur des anges. Et elle peut produire tous ces miracles en un an – même en six mois.
Alors les hommes pourront être éduqués pour fabriquer leur propre patriotisme. Ils peuvent être éduqués afin qu’ils le construisent à partir de leur propre cerveau et de leur propre cœur, dans l’intimité et l’indépendance de leur foyer.
Code:
            *  *  *

Un patriote n’est au début qu’un rebelle. Quand commence un changement, le patriote est un homme rare, et courageux, et détesté, et méprisé. Lorsque sa cause l’emporte, les timides se joignent à lui car être un patriote ne coûte plus rien. L’âme – la substance – de ce qu’on considère habituellement comme le patriotisme, est la lâcheté morale, et il en a toujours été ainsi.
Lors de n’importe quelle crise civique importante et dangereuse, le troupeau que forment les masses ne s’inquiète pas en lui-même des tenants et des aboutissants de l’affaire, il ne s’inquiète que d’être dans le camp du vainqueur. Dans le Nord, avant la guerre [de Sécession], la personne qui s’opposait à l’esclavage était méprisée et insultée. Par les « patriotes ». Puis, peu à peu, les « patriotes » sont venus dans son camp et sa position était dorénavant considérée comme patriotique.
Il existe deux types de patriotisme – le patriotisme monarchique et le patriotisme républicain. Dans le premier cas, le gouvernement et le roi ont tous les droits de vous expliquer ce que signifie le patriotisme ; dans l’autre, ni le gouvernement ni la nation dans son ensemble n’ont le droit de dicter à un individu quelle doit être la forme de son patriotisme. L’évangile du patriotisme monarchique est : « Le roi ne peut pas se tromper. » Nous avons adopté cette devise avec toute sa servilité en transformant la formulation de façon insignifiante : « Notre pays, à tort ou à raison ! » Nous avons rejeté le meilleur des atouts que nous possédions : le droit de l’individu à s’opposer au drapeau ou au pays quand il (lui, tout seul) pensait qu’ils avaient tort. Nous avons rejeté cela ; et en même temps tout ce qui était réellement respectable dans ce mot grotesque et risible, « patriotisme ».
Mark Twain
——
Respectivement écrits en 1900 et 1908, ces textes sont extraits de La Prodigieuse Procession & autres charges (Agone, 2011), traduit de l’anglais par Bernard Hœpffner – lire ici la préface de Thierry Discepolo.
Notes
[1] C’est-à-dire, du côté américain, au moment où les États-Unis entrent en guerre contre l’Espagne au nom de la « libération » de Cuba ; et, du côté britannique, lors de la seconde guerre des Boers. [ndlr]
[2] Lors de la guerre de libération de Cuba, (1895-1898), le gouverneur espagnol Valeriano Weyler y Nicolau organisa une « reconcentración » des populations qui aurait provoqué la mort de plusieurs centaines de milliers de paysans cubains. Cette innovation prometteuse fut ensuite développée par Lord Kitchener à la fin de la seconde guerre des Boers. [ndlr]


Revenir en haut
matricule_879864256986115


Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2011
Messages: 27

MessagePosté le: Dim 18 Déc - 16:14 (2011)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés? Répondre en citant

En ce qui me concerne je suis citoyen du monde et tous les opprimés sont mes compatriotes. Ca peut paraitre dingue et idéaliste mais je laisse la théorie bien qu'elle ne soient pas totalement inintéressante, je la laisse à ceux qui en éprouvent le besoin. Quant au patriotisme, ce n'est malheureusement parfois qu'un nationalisme qui ne dit pas son véritable nom.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:20 (2017)    Sujet du message: Le patriotisme, une valeur oubliée des indignés?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum -> Discussions diverses -> Politique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com