Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum

Le forum des Indignés Strasbourg
Groupes de travail des Indignés (Strasbourg)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

M31 || Journée Internationale de lutte contre le capitalisme

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum -> Actualités & Informations -> [NATIONAL / INTERNATIONAL] infos, propositions, "penses-bètes" (...)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Lun 9 Jan - 15:53 (2012)    Sujet du message: M31 || Journée Internationale de lutte contre le capitalisme Répondre en citant

http://march31.net/call-for-action/

Je poserais la traduction plus tard //

 
Citation:
During an international meeting in December 2011 in Frankfurt am Main, several left wing organisations and grassroots unions from Greece, Spain, Poland, Austria and Germany decided to launch a joint effort against capitalist reforms under the current crisis. On march 31st, there will be a “European Day of Action against Capitalism”, with simultaneous demonstrations in those countries, labeled “M31″. Groups from other countries are likely to join in, as networking continues. Protests will be directed against neoliberal and undemocratic impositions by the European Union (EU), the European Central Bank (ECB) and the International Monetary Fund (IMF). The anticapitalist organisations involved want to send a clear signal against further austerity measures, mainly propelled by Germany, and on the backs of workers, the unemployed, students and migrants.
“We protest against nationalist propaganda targeting wageworkers in Southern European countries, and against the EU’s military bulkheading on its borders. Alternatively, organisers of M31 call for transnational solidarity and self-organisation of those affected by further cuts, privatization and capitalist exploitation.
Up to now, there is no effective transnational solidarity between workers, unions, the unemployed and migrants. If we want this to change, we’ll have to do it ourselves.
The international day of action in spring preludes a forthcoming European initiative of left wing organisations and grassroots unions, preparing further protests throughout 2012. We invite other emancipatory unions and organisations to join M31. Please take note of our Call for Action on www.march31.net. We’ll be happy to answer any request or proposal.
Let’s get started!




 
Citation:
Call for Action
European Day of Action against Capitalism
March 31st, 2012 | march31.net

Europe is in a continuous state of upheaval. For months now, its credit- and sovereign debt crises have been escalating. A number of hectic European Union (EU) summits have introduced emergency measures to rescue capitalism. Should the­se measures fail, governments and the media assure us, collapse, recession and mass poverty would be the result. This apocalyptic rhetoric paves the way for even more neoliberal reforms whose social impact will be felt for decades to come – if we don‘t resist. Throughout the crisis, we were told that capitalism needed to be reined in, and that banks and corporations would have to carry some of the burden they, too, had created. What is happening now is the exact opposite: The EU, its member states and other European countries are intensifying competition and introducing devastating public austerity programmes to secure private profits. In doing so, however, they are reproducing the destructive logic of capitalism. The existence of crises, widespread powerlessness and poverty, contrasted by private, i.e. exclusive wealth, are inherent elements of capitalism. Let’s get organised for a better society!
It‘s the system!
Over the past decades, capitalist globalisation has intensified competition between private corporations and national economies alike. All leading industrial nations have thoroughly deregulated their markets, and have imposed that model on others. They have cut benefits, privatised public goods, cut labour rights, and increased social control – all in the interest of unimpeded capitalist growth. In Europe, supposedly on the sunny side of world capitalism, our lives are becoming ever more precarious, and social divisions increase. The so called “emerging markets” find themselves in a state of constant social crisis, with rigid expropriation and ruthless exploitation, backed by governments in the interest of a national growth that only serves the privileged few. In an obsessive hunt for competitive advantages, neoliberal policies have brought financial markets to a boiling point. Be it the dotcom boom, the bonanza of real-estate-funds and derivatives – those bubbles have burst one after the other. This is not the result of individual “greed” or the “corruption” of a tiny elite, as many claim, but of the trivial systemic imperatives of capitalism as a social order. That’s why the system needs to be changed.
Overcoming the EU Regime
In 2011, the european debt- and monetary crisis has escalated. A number of EU member states are facing bankruptcy, which is endangering the Euro as a common currency. According to superficial and populist assessments, these states have “lived beyond their means”. In reality, they have only tried to generate economic growth through loans. They adopted the same practices as all other countries, only with less success. As a condition of the financial backing dispensed by the European Central Bank (ECB) and the newly established Euro bailout funds, these governments are now forced to introduce a new round of austerity measures. A European debt limit is supposed to restore the “confidence of the markets”, obviously on the backs of workers, students and the unemployed. At the same time, private profits are not affected. In much the same way, the International Monetary Fund (IMF), the EU and other international institutions are pressuring emerging and transitional economies to make all sorts of cuts and to privatize much of the public sector. All this is geared towards a restoration of the crisis-ridden and exploitative EU regime, serving the interests of its dominant economies. Despite certain disagreements among themselves, France and Germany have succeeded in asserting their policies without much opposition. There has of course been widespread protest. Grassroots initiatives have sprung up all over the continent, trying to overcome civic disempowerment. But up to now, even mass demonstrations and general strikes haven’t achieved much. Natio­nal unions generally bow to the demands and constraints of domestic capitalism. There is no effective transnational solidarity between unions. If we want this to change, we’ll have to do it ourselves.
We can do better
Current policies in the EU and in Europe as a whole are as speculative as capitalism has ever been. That’s because austerity measures are jeopardising economic stability just as much as debt-inflated growth. There can never be salvation in capitalism, only endlessly recurring crises. So why continue wasting our lives for this? Let’s fight neoliberal ideology, let’s get organised on a European level. Our Day of Action on March 31st 2012 will be a first step. Simultaneous demonstrations in many European countries are more than just a signal of solidarity. They’re already sparking transnational discussion and cooperation. We invite all emancipatory initiatives to join this process. We strive to grow independent of official institutions, and are prepared for a persistent struggle. The crisis may manifest in varying ways in different countries, but we all share a common goal: We don’t want to save capitalism, we want to overcome it. We oppose nationalism. It is crucial to fight against the continued erosion of social standards, but we need to aim higher. We want to get rid of the fatal constraints of capitalism and its political institutions. That’s the only way the widespread demand for “real democracy” can be fulfilled.



_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 9 Jan - 15:53 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
noname


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2011
Messages: 146

MessagePosté le: Lun 9 Jan - 20:14 (2012)    Sujet du message: M31 || Journée Internationale de lutte contre le capitalisme Répondre en citant

J'ai dû dire ça quelquepart.. mais au vu de ce que les précédentes unions mondiales ont apportés (soit rien), on devrait peut-être se reposer la question de nos actions plutôt que de les multiplier à un rythme tel qu'il empêche la coordination efficace des membres concernés.

A ce rythme, (tous les 2mois > 1 mois > 15 jours) on va se retrouver avec plus d'annonces d'actions que de trux concrets. On aura bientôt le sentiment d'une bande de gens qui fantasment une union qui n'a rien de Réel, quand on pensera aux indignés...


Et pendant ce temps, certains sont (encore ?) en train de chercher le pourquoi du comment au mouvement..
Et c'est pas en sonnant la bannière du parti Anticapitaliste que ça va avancer...

Citation:
The anticapitalist organisations involved want to send a clear signal against further austerity measures, mainly propelled by Germany, and on the backs of workers, the unemployed, students and migrants.

Un peu comme les signaux qu'envoient les enfants à leurs parents quand en pleurant ou gémissant ?
Si "Papa et Maman" répondent pas, faudrait p'tet réfléchir à d'autres méthodes pour redonner à la maison un caractère démocratique.


Les diverses annonces (gens qui cherchent du sens au mouvement, AG extraordinaire, Groupes qui appelent au Kalm et à la réfléxion) ne devraient pas être comme un signal pour nous-même ; histoire qu'on se dise "bon, aller se geler les miches sur les places ne donne rien, on devrait p'tet réfléchir à des alternatives ?" ?


Revenir en haut
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Jeu 19 Jan - 14:53 (2012)    Sujet du message: M31 || Journée Internationale de lutte contre le capitalisme Répondre en citant

Call for action – french
Journée d’action européenne contre le capitalisme 
31 mars 2012 
L’Europe est dans un état d’urgence ! Depuis des mois, la crise du crédit et de la dette souveraine s’intensifie. On tente de sauver le capitalisme lors d’innombrables sommets inter-gouvernementaux à coup de programmes d’urgence. A en croire les politiques et les médias- c’est une menace d’effondrement, de récession et de pauvreté de masse qui pèse sur l’Europe. Avec cette rhétorique de la catastrophe, des réformes radicales du marché sont adoptées. Si nous ne résistons pas, celles-ci vont définir notre société et nos vies pour les décennies à venir. Au début de la crise, il était question de réguler le capitalisme. Les banques et les entreprises devaient payer le prix des dérives qu’elles avaient eux-mêmes engendrées. Mais en fait, c’est le contraire qui s’est passé : L’Union Européenne (états membres et candidats à l’adhésion) renforcent la concurrence et ont amorcé des politiques d’austérité pour regagner la confiance des investisseurs. C’est de cette manière que la logique destructive du capitalisme est renforcée. Les crises, l’impuissance, les inégalités face à la richesse sont des éléments inhérents au capitalisme. Organisons-nous pour changer cette société !
Le système est la crise 
La globalisation des décennies dernières a intensifié la concurrence des entreprises et des sites économiques. Les grandes puissances industrielles ont dérégulé leurs marchés par tous les moyens. Elles ont supprimé de nombreuses couvertures sociales, privatisé le domaine public, réduit les droits des travailleurs salariés et renforcé le contrôle de la société; pour servir le développement optimal du système capitaliste. Pourtant, même en Europe, du bon côté de ce système capitaliste, nos vies deviennent d’année en année de plus en plus précaires et le clivage social s’accentue. Les pays dit « émergents » sont de leur côté dans une sorte de crise sociale permanente. Cela se traduit par des expropriations brutales et des exploitations impitoyables avec la complicité de leurs gouvernements. Il est question de permettre la croissance nationale au travers de ces mesures, mais dans les faits seul un petit groupe de privilégiés en bénéficie. Ce n’est pas un phénomène nouveau. La transformation néoliberale a aussi fait exploser les marchés de capitaux. Que ce soit le DotCom-Boom, les fonds immobiliers et le commerce de produits dérivés – cela fait des années que ces bulles spéculatives éclatent les unes aprés les autres. Chaque boom économique est suivi d’une dépression. Ce ne sont pas l’ « avidité » et la « corruption » d’une petite élite capitaliste qui sont responsables, comme beaucoup le prétendent. La faute en revient à la logique quotidienne du profit à laquelle nous sommes toutes et tous assujetis, nous en déplaise ou non.
Mettons à bas le régime de l’Union européenne ! 
En 2011, la crise européenne de la dette et de la monnaie a dégénéré. Quelques pays sont face à la faillite, ce qui met l’euro en danger. Ces pays sont accusés d’avoir vécu « au-dessus de leurs moyens ». En réalité, ils ont seulement essayé de stimuler la croissance économique en recourant au crédit. Ils ont adopté les mêmes pratiques que tous les autres pays, mais avec moins de succès. En contrepartie de l’aide apportée aux pays en crise par la Banque centrale européenne (BCE) et par le Fonds de sauvetage européen, ces derniers sont obligés de mettre en place des mesures d’austérité. Une limitation de la dette européenne est censée apaiser les marchés, au détriment des travailleurs salariés, des chômeurs et des étudiants. Les profits privés quant à eux ne sont pas affectés. Tous cela est mis en place pour protéger la concurrence européenne et évidemment pour servir les intérêts des grandes puissances économiques. Malgré quelques petites mésententes, la France et l’Allemagne ont réussi à faire prévaloir leurs intêréts sans grandes difficultés. Partout en Europe, nous avons alors assisté à de grands mouvements de résistance. Des initiatives locales et populaires ont vu le jour afin de palier à l’impuissance politique. Mais jusqu’à ce jour, même les grêves générales sont restées sans succés. Les grands syndicats nationaux n’ont pas réussi à dépasser leurs frontières et à se solidariser au sein de l’UE. Ils se sont pliés à la logique du capital et ont au final soutenu les politiques économiques de leurs pays respectifs. C’est en agissant par nous même que nous sortirons de cette situation !
Nous pouvons faire mieux ! 
La gestion européenne de la crise est aussi spéculative que le système capitaliste en soi. « Faire des économies » a exactement le même effet pervers que générer de la croissance à tout prix. Il n’y a dans le capitalisme aucune voie sûre. C’est une gestion de crise permanente. Alors pourquoi devrions nous continuer à gaspiller nos vies pour un tel système ? Ne devrions nous pas plûtot nous organiser tous ensemble, au niveau européen, contre la dictature du capital ? La journée d’action européenne est un premier pas dans cette direction. Les manifestations simultanées en Grèce, Espagne, Italie, Allemagne et autres pays européens sont plus qu’un simple signe de solidarité. Ces manifestions représentent en quelque sorte déjà une partie des discussions et connexions qui ont lieu à l’echelle européenne. Nous invitons tous les mouvements émancipatoires à rejoindre ce processus. Nous devons nous organiser hors des sentier institutionalisés et nous avons besoin pour cela de beaucoup d’énergie, car la lutte risque d’être de longue haleine. La crise prend des formes multiples dans nos pays. Mais nous avons un but commun : nous ne voulons pas sauver le capitalisme, mais le dépasser. Nous sommes contre les égoismes et ressentiments nationaux.
La défense des droits sociaux acquis est primordiale, mais nous devons penser au-delà. Il faut stopper les effets pervers du capitalisme. C’est la seule manière de réaliser une Vraie Démocratie !
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:56 (2017)    Sujet du message: M31 || Journée Internationale de lutte contre le capitalisme

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum -> Actualités & Informations -> [NATIONAL / INTERNATIONAL] infos, propositions, "penses-bètes" (...) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com