Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum

Le forum des Indignés Strasbourg
Groupes de travail des Indignés (Strasbourg)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[MEMO] Propositions économiques des indigné-e-s

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum -> Groupes de travail -> Commission "Monnaie, Finance & Econnomie" -> Réagir
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ced


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 451
Localisation: STRASBOURG

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 10:45 (2011)    Sujet du message: [MEMO] Propositions économiques des indigné-e-s Répondre en citant

Propositions économiques des indigné-e-s
Par Irielov Manouchovsky, David 'Ðev' Mizera et Lili Chris dans Indignés français : réflexions et propositions
(https://www.facebook.com/groups/308666229151978/?ref=notif&notif_t=group_activity)





Intro



Chaque jour, ce sont 6 000 milliards de dollars qui s'échangent sur les marchés financiers et 800 000milliards par ans sur les taux de change des monnaies alors que le commerce réel, ne représente que 12 milliards. Un euros travaillé est 3 fois moins taxé qu'un euros hérité et les 20% les plus riches gagnent avant impôt 8x plus que les 20% les plus pauvres. Après impôt c'est seulement 7,6x plus



la part des salaires qui à chuté de 9,3% de 1983 à 2006 pour aller directement vers l'actionnariat, ce qui représente, sur les 2000 milliards d'euros du PIB annuel français de 120 à 170 milliards : dix fois le fameux trou de la sécu. Autres donnés, «le taux de marge (à savoir le rapport entre profits et valeur ajoutée) entre 1980 et 2000 est passé de 25 à 32% alors que l'investissement n'est passé seulement que de 20 à 21%. Enfin de 2000 à 2006 les profits des entreprises du CAC40 ont augmentés de 1500%(!) l'emploi a baissé de 0,3% et il n'y a pas eut de hausse de l'investissement.

C'est pourtant la principale raison pour laquelle on nous rabâche à longueurs d'années qu'il ne faut pas taxer les hauts revenus sous peine d’étouffer l'économie par une délocalisation des capitaux. Nous savons que, avec le paquet fiscal, Eric Woerth n'a pas réussi à faire, comme promit, revenir les évadés fiscaux assujetties à l'ISF et au bouclier fiscal. Il veut dorénavant tout simplement supprimer l'ISF. Ceci est à faire tout de suite et maintenant



Revalorisation du salaire des femmes aux niveaux des hommes de leur c.s.p respectives. C'est, en plus d'être une chose dont on ne devrait même pas avoir à en (re-re-re)parler pour des raisons évidentes, plus de cotisations et un billet d'entrée dans le 21iéme siècles...



Revalorisation du smig, suppression des emplois à temps partiels, aidés et autres charités hypocrites ne servant qu'à pouvoir utiliser une main d’œuvre bon marché afin de pouvoir faire pression sur les autres salariés, embauche immédiate en CDI à temps complet sauf demande expresse du postulant pour un emploi à temps partiel. Ce ne sont pas les PME/PMI qui utilisent ce type de contrat, ce sont les multinationales.

Moins d'imposition sur les PME/PMI et au contraire durcissement du contrôle des entreprises du CAC 40 ne payant pas d'impot (total etc...). Surimposition de ces mêmes entreprises qui licencient. Fin des aides à l'implantation dans les zones de fort taux de chômage allouées aux entreprises multinationales. « Les entreprise du CAC 40 payent en moyenne, trois à quatre fois moins d’impôts sur les sociétés (8%) que les PME/PMI (24 à 30%) ». Tout de suite et maintenant.



Suppression pure et simple du régime retraite d'élus député, des sénateurs, ministres et maires de grandes agglomérations ainsi que de l'utilisation abusive de logements de fonction. Ils touchent une rémunération déjà assez importante, comparée à celle d'un quidam , souvent aussi qualifiés (médecins, ingénieurs etc... tout aussi important pour nos sociétés, dites, modernes), pour leurs modestes participations à la vie politique du pays.

Selon l'association « Sauvegarde retraites », un parlementaire peut ainsi toucher, après 5 ans, 1.550 euros de retraite, autant qu'un salarié du privé après 40 années de cotisations. « C'est un peu comme si les passe-droits des élus faisaient parties de l'identité nationale française... »

Globalement, la pension moyenne pour un député est de 2.700 euros nets par mois, celle d'un sénateur de 4.442 euros nets. Le régime des députés coûte aux Français la bagatelle de 52 millions d'euros par an sur les 60 millions de prestations versées", explique Marie-Laure Dufrêche de l'association Sauvegarde retraites . "Le rendement de leur régime est imbattable: pour un euro versé, un député en touchera 6 au moment de la retraite, contre 1 à 1,5 pour un Français lambda"

Qu'ils retournent donc travailler, leur manda échus, puisqu'ils savent mieux que nous ce qu'est que la France qui se lève tôt, ou clament à tue-tête que l’aliénation par le travail n'est qu'une vue de l'esprit, une image utilisée par ces fainéants de pauvres probablement gauchistes, ou pire encore(si ça doit exister …)



Quelques mesure prioritaires à prendre maintenant





Annulation de toutes les dettes illégitimes


D'aucuns disent qu'il y a une bonne dette celle (qui découle de l’investissement pour la socièté comme construire des écoles) et une mauvaise dette (celle des intérêts de cette même dette qui alimentent les banques dans les paradis fiscaux pour faire simple). Seulement toutes ces dettes n'ont pas été adoubé par le peuple et sont contarctées contre son intérêt c'est le principe de dettes illégitimes et dettes odieuses(modifié par les USA à l'onu avant d'attaquer l'Irak pour qu'il puissent reconstruire ce qu'ils venaient de détruire avec denier Irakien tous frais)

Pendant les « Trente glorieuses », le déficit était comblé par la planche à billets. Depuis 1973, la mondialisation des marchés et l’entrée dans l’Europe, les États se sont contraints à emprunter des capitaux privés sur le marché, en versant des intérêts. Avec la victoire de l’ultralibéralisme marquée par l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne et Ronald Reagan aux États-Unis, on a voulu diminuer l’emprise de l’État désigné comme un frein au développement. On a donc réduit ses recettes en diminuant les impôts des plus riches, ceux des grandes entreprises, en créant des niches fiscales et des paradis fiscaux. Résultat, chaque année, le déficit s’est accumulé. Lorsqu’il est devenu trop important, les gouvernements ont déclaré qu’ils ne pouvaient plus payer les dépenses d’éducation, retraites, santé, etc. Pour combler le trou, ils ont émis de plus en plus d’OAT, faisant ainsi monter encore le stock de la dette. Émettre des OAT, c’est vendre du papier contre de l’argent, c’est faire une reconnaissance de dette avec intérêt remboursable après six mois, dix ans ou trente ans.



Régulation de la finance

_ Détitrisation (interdiction de céder ses créances à un fond d'investissement tiers)



_ Interdictions de l'effet levier (leverage buy out, ou LBO, prendre position sur des marchés financiers au delà de ses fonds propres, donc des accords plus significatifs que ceux de Balle 1&2 )



_ Une politique monétaire dédoublée d'un coté des taux d’intérêt aussi bas que l'on veut pour financer l'économie « réelle » productive, favorisant croissance et emplois et d'autre part, des taux exorbitants pour asphyxier l'économie financière, spéculative, autrement dit le S.L.A.M : le Shareholder Limited Authorised Margin, ou, en bon français, la limite de marge actionnariale autorisée)



Nationalisation d'ensemble du secteur bancaire avec séparation banque de dépot/banques d'investissement. la bulle spéculative est repartie de plus belle et nous menera in fine à une crise sans précédent. deux deux choses l'une soit les actionnaires perdent tout dans les deux cas de figure. Soit nous saisissons les banques et sauvons nos épargnes individuelles investissement d'entreprise tout de suite, soit nous attendons et nous aussi, en plus des actionnaires, perderons tout avec les conséquence inimaginable pour l'économie mondiale pour des décennies



Une vrai BCE possibilité de prêter directement aux pays membres à taux réduit au lieu de prêter aux banques privé qui ensuite re-prête à des taux exorbitants avec notre argent publique européen



Suppression de la TVA

ou au moins une baisse significative pour les produit de première nécessité à moins de 4/5% et une augmentation notable pour le luxe 20/30% voire plus



Augmentation de l’impôt sur le revenu des plus riches et non par l'élargissement de l'assiette comme proposé actuellement



Création d'un salaire continué

S’il est possible de financer des engagements de pensions aussi massifs (13% du PIB) et d’aussi long terme (des dizaines d’années de nos vies entre le début de nos cotisations et la fin de nos pensions) sans accumulation financière, alors il est possible de financer l’investissement, à peine plus important (18% du PIB) et de moins long terme sans accumulation financière. De même que nous finançons les pensions par un partage immédiat de la valeur ajoutée (une faction de celle-ci, à hauteur de 25% du salaire brut, va à une cotisation sociale immédiatement transformée en pensions), de même nous pourrons financer l’investissement en affectant une part de la valeur ajoutée (à hauteur de 30 à 35% du salarie brut) à une cotisation économique qui ira à des caisses d’investissement qui financeront l’investissement sans accumulation privée et donc sans taux d’intérêt. Nous nous serons débarrassés des marchés financiers et des banquiers, dont la nocivité est maintenant largement perçue



Aides sociales (caf notamment)

Actuellement 1 famille au smic reçoit autant d'aide qu'une famille à 5000 euros de revenu. je propose d'ajuster le montant des aides sociales suivant le niveau de revenu du foyer en créant un barème inversement proportionnel au montant des revenus avec suppression au delà d'un montant à fixer



Redynamiser le tissu économique local en revalorisant le travail en coopérative, en facilitant le micro crédit et la facilité pour chacun d'investir dans une coopérative répondant à une charte de commerce ethique et durable à définir. Arreter de ne taxer que les PME/PMI ( 20 à 30%)non délocalisable et enfin assujetir les multinationale (actuellement entre 0 et 8%) aux impôts (Total Crédit agricole etc....)



Repenser le modèle de croissance économique

Tendre au plus vite vers une économie circulaire valorisant nos déchets et obligeant les entreprise particulièrement les plus importante comme les multinationales à intégrer les coûts de production de nos produits manufacturés depuis leur fabrication et des moyens de production qu'ils nécessitent(energie grise) jusqu'au retraitement des déchets dans leurs couts finaux au lieu de laisser l'ensemble de la socièté payer par mutualisation (station d'épuration par ex)de ces coûts(principe d'internalité des externalités négatives (comme il le faudrait dans le nucléaire pour connaitre le cout réel mais aussi toutes les autres productions)



ISF

Beaucoup plus important avec service de douane affecté au fraudeurs expatrié-e-s (traque des paradis fiscaux)



Revenir aux accords de Brettonwoods

càd la création d'une monnaie étalon empêchant la spéculation à la baisse sur les monnaies comme en France en 1983 ou actuellement sur les "pigs" (quelle horreur cette invention des chicago boys)entre autres exemples...

Les accords de Bretton Woods signés en 1944 ont été ratifiés par 44 pays. Ils visaient à rétablir le système monétaire mondial mis à mal suite à la Seconde Guerre mondiale. Le FMI et la Banque mondiale ont été créés à la suite de ces accords. De plus à cette époque, le dollar américain devient la seule monnaie de référence et la seule convertible en or.

Le système de Bretton Woods s'est écroulé pendant les années 1970 ( à la conférence de Jamaïque en 1976 mais déjà officieusement en 1971, à la décision du président des E-U Nixon qui décide de supprimer la parité-or du dollar) , créant, selon les défenseurs de la taxe Tobin, une instabilité excessive du marché monétaire mondial qui serait due à la spéculation.



Sortir de l'OMC

L’OMC est une institution intergouvernementale créée en 1995, et qui a pris la relève de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (Gatt). l’OMC a pour mission de promouvoir la « liberté du commerce ». Il s’agit d’imposer le règne sans partage de la marchandise, de soumettre les conditions de travail et d’existence quotidienne et les libertés des citoyens, aux prétentions des groupes capitalistes. Comprenant plus de 130 Etats membres, mais pas encore la Russie et la Chine, elle a pour unique objectif de supprimer toutes les entraves au commerce mondial. Son postulat est que plus il y aura de commerce, et plus il y aura de croissance et de richesse pour tous. En fait, l’histoire économique démontre exactement le contraire : le libre-échange profite essentiellement aux forts, et il ruine les faibles, comme l’atteste la situation de nombreux pays d’Afrique et d’Amérique latine qui avaient cru à cette chimère idéologique, ou se l’étaient fait imposer.



Taxe taubin

La taxe Tobin, suggérée en 1972 par le lauréat du « prix Nobel d'économie » James Tobin, consiste en une taxation des transactions monétaires internationales afin de ne plus inciter à la spéculation à court terme. Le taux choisi serait faible, de 0,05 % à 1 %.

L'idée du professeur Tobin a connu un certain engouement depuis la crise mexicaine de 1992-1994. Le projet a été évoqué au sein de l'ONU et du G7 d'Halifax en 1995. Robert Mundell a argumenté que cela constituerait une incitation puissante à la mise en place de monnaies communes comme l'euro.

Depuis sa fondation en 1998, l'association ATTAC défend, entre autres, l'idée de l'instauration de cette taxe et participe au mouvement altermondialiste. Elle s'est depuis implantée dans beaucoup de pays, et propose des analyses étudiant la possibilité pratique de la mise en place de la taxe.

James Tobin quant à lui s'est distancié de l'utilisation faite de son idée. Il déclarait ainsi en 2001 : « J’apprécie l’intérêt qu’on porte à mon idée, mais beaucoup de ces éloges ne viennent pas d’où il faut. Je suis économiste et, comme la plupart des économistes, je défends le libre-échange. De plus, je soutiens le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce (OMC), tout ce à quoi ces mouvements s’en prennent. On détourne mon nom. »1. Une telle taxe aurait selon lui, dans le même entretien, un intérêt pour limiter les mouvements de court terme sur les monnaies mais ne doit pas être interprété dans une logique altermondialiste.

D'autres économistes, comme Joseph E. Stiglitz2 ou Lawrence Summers3 soutiennent le principe d'une telle taxe. Elle est cependant critiquée par la large majorité des économistes financiers à l'instar de Dominique Strauss-Kahn, ancien président du FMI, qui a déclaré que « les transactions financières étant très difficiles à mesurer, une telle taxe serait très facile à contourner »4.



Salaire maximum avec captation mécanique de tout ce qui dépasse



Augmentation du salaire minimum,

d'environ 25 à 35% et évidement indexation de celui ci sur l'inflation



Protectionnisme économique

ponctuel,ce n'est qu'un outil parmis d'autres, à penser par zones géographiques, basé sur la distance production/consommation(variante d'une taxe carbone) une autre sur les acquis sociaux du pays producteurs pour faire tende les pays en voie de développement à une meilleurs répartition et empêchant toute délocalisation.

Toutes ces rentrés d'argent servant à alimenter un :



Nouveau Fond Mondiale de Solidarité ayant pour vocation une meilleursrépartition des richesses entre les peuples et non les multinationales



Sources :




---------------------------------------------

INFOS ANNEXES :

---------------------------------------------



Community Reinvestment Act.(CRA)

Par Noam Le Hoangan le 24 novembre, 21:32



Dispositif américain, créé en 1977, qui incite les banques de dépots à développer leur activité et leur capacité à prêter, et à investir de manière responsable et pérenne dans des territoires défavorisés, au service de personne souvent exclues du système bancaire, en soutenant financièrement les acteurs de l'ESS (économie sociale et solidaire) qui agissent dans la proximité ( associations, fondations, ONG fonds solidaires, banques sociales, tec.)

Depuis sa création, des centaines de milliards de dollards ont été investis. Entre 1996 et 2005, la loi CRA a permis que soient consentis 513 milliards de dollars de crédits aux petites entreprises et 344 milliards de dollars de crédit immobilier, environ 7,6 % du crédit immobilier américain. Ce dispositif amène les banques à assumer leur responsabilité en matière d'exclusion financière, à rendre compte de manière transparente de leur investissement sur les territoires sensibles et à agir de manière volontariste pour le développer.

innexistant en france



extrait de "Pour une autre économie" par Alternatives économique hors série poche n° 46BIS novembre 2010 9euro50



ça existe pas en france, aucune traçabilité n'est possible ici. des partenariats entre banques brançaises et ESS existent mais gagneraient à être développées fortement.









LEXIQUE / vocabulaire de la finance

http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/10/03/les-mots-de-la-fi…
_________________
Du changement. Vite.
Indigné par: Nucléaire - La Santée < économie - Professionalisation de la politique - TV publique - Alimentation < économie - Démocratie représentative (en cours) ..


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 10:45 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des Indignés Strasbourg Index du Forum -> Groupes de travail -> Commission "Monnaie, Finance & Econnomie" -> Réagir Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com